Rèstoville

Si seulement je n’avais pas fait cette erreur, on n’en serait sûrement pas là. Bon, revenons un mois avant. J’habite à Rèstoville, une ville très connue pour ses restaurants succulents. Malgré toutes ses excellentes adresses, un jour, j’ai décidé d’ouvrir un stand à hot-dog. Étonnamment, il est devenu très populaire. D’ailleurs grâce à l’argent que j’ai fait, j’ai pu agrandir mon fastfood, puis m’acheter un restaurant de luxe à mon tour. J’ai pu ensuite continuer et m’acheter de plus en plus de restaurants étoilés. Jusqu’au jour où j’ai enfin pu m’acheter le plus luxueux de tous les restaurants de Rèstoville : le célèbre 666 (car il est situé à 666 mètres de hauteur et il tourne (ce qui lui a permis de gagner sa sixième étoile). (Retenez bien le « 666 », car il joue un rôle important dans mon histoire…) Je régnais au sommet des propriétaires de restos. Bref, tout allait bien jusqu’à ce soir-là…

Le restaurant était plein de clients prestigieux qui dépensaient des sommes phénoménales. C’était la fête et les serveurs courraient dans tous les sens. C’est alors que tous les convives entendirent un grand « crac! » et que la rotation du restaurant se mit à accélérer. Cela se passa si rapidement que personne n’eut la chance de s’enfuir, et le restaurant se mit à tourner tellement vite que tous les plats des personnes revolaient dans leurs visages, et la plupart se mirent à vomir. Par la force centrifuge, toutes les personnes présentes furent projetées puis maintenues collées aux fenêtres, même le personnel. Personne n’arrivait plus à bouger pour se rendre et actionner le frein d’urgence. Nous allions tous mourir ou j’allais perdre toutes mes étoiles (ce qui, pour moi, revenait au même).

Soudain, je me rendis compte que le frein d’urgence était à seulement trois mètres de moi, et c’est là que me suis dit : « C’est maintenant ou jamais. » Je plongeai (même si j’avais extrêmement mal à la tête.) Autour de moi tout tournait.  Même moi, j’avais l’impression de tourner. Ce moment dura seulement quelques secondes, mais pour moi, il dura un siècle entier. Au prix d’incroyables efforts, je sentis soudain quelque chose me heurter la main : je levai ma tête et je vis le beau, le fort, le majestueux frein d’urgence. Je pris mon bras et j’actionnai le levier.  Mais rien se passa.  Je n’arrivais pas à l’actionner, il était bloqué.

À suivre…

23 commentaires sur “Rèstoville”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *