Aller au contenu

Sac de chips

Par un beau matin de septembre, un DRAME s’est produit à mon école.

Mon professeur et quatre autres corrigeaient des examens d’une haute importance. Ils étaient cinq, car ils devaient les préparer pour tous les élèves de l’école.

Le lendemain, tous les examens de tous les élèves de l’école étaient sur le bureau de mon professeur. À 10 h, il prit le temps de nous expliquer comment ça allait marcher. Il allait donner une pile de feuilles à chaque personne et NOUS allions les distribuer « parce que vous êtes les 6e années de l’école et vous avez cette responsabilité ». C’est alors qu’en se retournant, il remarqua qu’il ne trouvait plus les examens qu’il avait mis sur son bureau la veille. Il se mit à les chercher partout, mais n’arrivait pas à les trouver. Il nous a alors demandé de l’aider.   
 

Tous les élèves se regardaient avec suspicion. Mon professeur a immédiatement contacté la directrice, qui appela la police. Elle arriva et tenta de trouver qui aurait pu voler les examens.


En relevant les caméras de sécurité du dépanneur en face de l’école, les enquêteurs prirent davantage de temps pour regarder les moments en-dehors des heures d’ouverture…  Et ils trouvèrent! Une personne inconnue s’était infiltrée dans l’école vers minuit trente-quatre.  Malheureusement, elle portait un masque noir et des habits noir au complet. Il était impossible de définir qui elle était!

Les enquêteurs se dirent qu’une personne revient toujours sur les lieux du crime.  Alors ils sont restés le soir, cachés.  C’est vers vingt-trois heures cinquante-trois qu’ils virent le caissier du dépanneur sortir et enfiler un masque noir. Le voleur était donc le caissier du dépanneur !?  Mais pourquoi les avoir laissés voir les caméras?  Pourtant, il n’avait rien de bizarre. Quel était son motif? 

Les enquêteurs sont tout de suite allés lui poser des questions.

– Quelqu’un m’a payé pour le faire.

– Qui ?

– Je ne peux pas vous le dire.

– Tu choisis : tu parles ou c’est direction prison.

– D’accord, je vais vous le dire. C’est le propriétaire du dépanneur. Il n’est vraiment pas bien dans sa tête, il maltraite ses employées pour qu’on travaille et nous paye pour faire de mauvaises choses. Quand on refuse, il nous menace de nous virer.
 – Pourquoi le propriétaire du dépanneur en voudrait à l’école?
 – Parce qu’il est fatigué de se faire voler par les élèves de l’école, alors il a décidé de se venger, car les professeurs ne font jamais rien.

La police prit l’affaire au sérieux. Il n’y avait pas de raison pour ne pas croire le caissier, il avait l’air si gentil.


Le jour suivant, il était six heures quarante-sept quand les policiers se rendirent au dépanneur.  Mais le caissier n’était pas là!  En fait, il n’y avait personne.  C’était louche.  Discrètement, ils trouvèrent une porte qui menait au bureau du propriétaire. Ils ouvrirent.  Ce dernier avait attaché le caissier et le maltraitait parce que il avait tout bavassé aux policiers.

Ils l’arrêtèrent. La vie du caissier et des autres employés maltraités revint à la normale, et on retrouva les fameux examens derrière une caisse de sac de chips.

9 commentaires sur “Sac de chips”

  1. J’aime beaucoup ton histoire parce que c’est les personnages qui parlent et pas le narrateur. Attention: au deuxième paragraphe, tu dis: « À 10h, il prit le temps de nous expliquer… » Je crois que ce serait plus facile à comprendre si tu écrivais « 10 heures » ou « 10h00 ». Ton histoire était ÉPATANTE!!

  2. J’ai adoré quand la policière dit: « Tu choisis: tu parles ou c’est direction prison. » Ça fait avancer efficacement l’histoire.

  3. Salut Spoutnik! Je suis un nouvel élève de la classe de M. Pascal!
    J’ai vraiment aimé l’histoire, et j’ai aussi aimé qu’il y ait de l’intrigue dans l’histoire!
    😀😁 (●’◡’●)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.